Lectures bibliques pour le temps de l’Avent

Afin de vous aider à entrer dans la méditation de l’Évangile je vous propose une petite introduction. Cela peut vous aider à resituer les extraits de l’Évangile dans l’ensemble de l’œuvre selon saint Matthieu.

 

Introduction à l’Évangile selon saint Matthieu.

 

L’Évangile selon Matthieu est le premier livre du Nouveau Testament. Cette place de choix se justifie du fait que, mieux que tous les autres, il présente Jésus, le personnage central de ce Testament, comme celui qui réalise les promesses de l’Ancien Testament et l’espérance d’Israël. Matthieu présente Jésus-Christ comme le Messie, Fils du roi David (Matt 1:1-20; 9:27; 12:23), donc celui qui, selon les promesses de l’Ancien Testament, vient sauver Israël. Jésus-Christ accomplit l’histoire d’Israël. Les trois premiers évangiles suivent un plan commun. À ce titre, l’Évangile selon saint Matthieu présente le ministère de Jésus d’abord en Galilée, puis hors de Galilée, et enfin à Jérusalem, avec les événements majeurs que sont sa mort et sa résurrection. Mais auparavant, il aborde sa naissance et son enfance. Voici du reste les articulations de cet évangile:

1. Généalogie, naissance et enfance de Jésus-Christ 1:1–2:23

2. Prédication de Jean-Baptiste et baptême de Jésus 3:1-17

3. Tentation de Jésus et commencement de son ministère 4:1-25

4. Le Sermon sur la montagne 5:1–7:29

5. Le ministère de Jésus en Galilée 8:1–13:58

6. Le ministère de Jésus hors de Galilée et en route vers Jérusalem 14:1–20:34

7. Le ministère de Jésus à Jérusalem (sa passion et sa résurrection) 21:1–28:15

8. Conclusion: apparition de Jésus aux disciples et leur envoi jusqu’à la fin du monde 28:16-20

L’auteur de cet évangile serait Matthieu lui-même. Il rapporte son appel par Jésus, 9:9-13. Marc (2:13-17) et Luc (5:27-32) l’appellent Lévi. Marc précise qu’il est le fils d’Alphée. Avant de suivre Jésus, Matthieu était un péager (voir Matt 5:46; 9:10; 10:3), fonctionnaire romain chargé de percevoir les impôts et les droits de douane. Les Juifs méprisaient cette classe d’employés qu’ils trouvaient corrompus. Ils les associaient aux pécheurs, aux païens et aux prostitués. L’appel de Matthieu par Jésus et le festin que celui-ci a organisé chez lui en son honneur montrent que Jésus a plutôt témoigné beaucoup d’attention à cette classe de personnes. Ce qui ne pouvait que scandaliser les Juifs zélés tels que les pharisiens, et accentuer leur haine à l’égard de Jésus.

En écrivant son évangile, Matthieu s’adresse essentiellement aux Juifs sortis du judaïsme, qui, comme lui, croyaient désormais que Jésus était véritablement le Christ, Fils de David, et Fils de Dieu. D’où l’abondance, dans ce livre, de citations et références à l’Ancien Testament et aux coutumes juives (5:21, 23, 27, 31, 33, etc.).

Jésus est la manifestation du Royaume des cieux en personne. Il l’inaugure en fondant l’Église, son Église par laquelle il accomplit l’alliance de Dieu avec Israël. L’Église que le peuple chrétien perpétue depuis des siècles est et reste intimement liée à Jésus. Elle représente ainsi le nouveau peuple élu composé à la fois de Juifs et de non-Juifs.

«Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle» (16:17-18, voir aussi 18:17).

L’Évangile selon Matthieu se présente comme un manuel de pastorale, destiné aux dirigeants de communautés chrétiennes pour l’enseignement et la formation catéchétique. Ses procédés littéraires correspondent aux modèles didactiques des rabbins de l’époque de sa rédaction. L’interprétation des textes de loi de l’Ancien Testament en est une illustration: «Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens… mais moi, je vous dis…». Le Jésus de Matthieu montre ainsi qu’il est venu non pour abolir cette loi, mais pour l’accomplir (Matt 5:17ss).

 

 

Pour méditer un texte de l’Écriture, il y a plusieurs moyens. Les exégètes catholiques de la Bible ont traditionnellement distingué quatre sens dans les Ecritures : Le littéral, l’allégorique, l’anagogique, et le moral. Au Moyen-âge, la différence entre eux était résumée dans ce petit poème latin :

 

Littera gesta doce,                                            Le sens littéral enseigne ce qui est arrivé,

Quod credas allegoria.                                     L’allégorique ce que vous devriez croire,

Moralia quod agas,                                          Le moral ce que vous devriez faire,

Quo tendas anagogia.                                      L’anagogique où vous allez.

 

Pour tous les textes bibliques, je peux me poser ces questions :

 

Qu’est-ce que cela me dit de l’homme ? (sens littéral) Quelle est sa situation. ?

 Qu’est-ce que cela me dit de Dieu ? (sens allégorique) Que peut-on apprendre sur Dieu ?

Qu’est-ce que cela me dit de la relation des Hommes entre eux ? (sens moral)

Qu’est-ce que cela me dit de la relation entre Dieu et les Hommes ? (sens anagogique.)

 

Ier Dimanche de l’avent Veillez pour être prêts (Mt 24, 37-44)

 

Questions supplémentaires sur le texte lui même :

(On peut aussi reprendre les 4 questions de l’introduction.)

Qu’en est-il à l’époque de Noé, qu’est-ce qui est arrivé ?

 « Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
que le Fils de l’homme viendra. » C’est un appel du Christ à la vigilance.

 De quelle manière s’exerce-t-elle ? Sur quoi devons nous êtes vigilant ?

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

 

IIème Dimanche de l’Avent.

« Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche » (Mt 3, 1-12) 

Pourquoi Jean-Baptiste appelle-t-il à la conversion ?

Que signifie produire un fruit de conversion ?

Que veut dire baptiser dans l’eau et baptiser dans l’Esprit Saint ?

(On peut aussi reprendre les 4 questions de l’introduction.)

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

 

 

IIIème Dimanche de l’Aven.

« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » (Mt 11, 2-11)

 Dans l’Évangile, le Christ apparaît à la suite de Jean le Baptiste.

(On peut aussi reprendre les 4 questions de l’introduction.)

- En quoi Jésus est-il l’envoyé dont Jean Baptiste préparait la venue ?

- Comment est-ce que je comprend cette phrase : Parmi ceux qui sont nés d’une femme,
personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui. »

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

 

IVe Dimanche de l’Avent

Jésus naîtra de Marie, accordée en mariage à Joseph, fils de David (Mt 1, 18-24)

(On peut aussi reprendre les 4 questions de l’introduction.)

La décision de Joseph vous semble-t-elle être juste vis-à-vis de la Loi, vis-à-vis de la morale ?
Pourquoi ?
Ne crains pas…. De quoi Joseph pourrait-il avoir peur ?
Pourquoi appelle-t-on Jésus l’Emmanuel ? Quelle est la différence entre lui et les autres personnages de l’ancien testament ?

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

Abbé C Besnier








Paroisse Saint Gilduin 

8 rue de Josaphat
28300 LEVES


  

BESOIN D'UN RENSEIGNEMENT ?